Tools
Typography

Malafi'arts production, qui est un collectif d'artistes pour le management et la production des événements culturel, il organise MutuBuku à l'occasion du festival Mwinda Na Molili qui aura lieu en décembre de chaque année, un festival qui tire son origine dans la vie quotidienne de la ville de Kinshasa. Mwinda Na Molili est un état d'esprit de faire et d'encourager le bien et de bannir et dénoncer le mal, les Mwindeurs ou Mwindeuses sont des personnes qui partagent cet état d'esprit.
MutuButu est sous projet du festival, un concours littéraire pour renforcer et illustrer les jeunes congolais capables de défendre et de brandir le drapeau de la littérature congolaise qui ne laisse personne indifférente.
Le MutuBuku ce néologisme est la contraction de deux mots en lingala : Mutu, soit la tête ou l'homme et Buku, le livre. Les MutuBukeurs exposent leurs MutuBukus (une large explication à quelques minutes d'un livre de leur choix ou imposé, devant un public) avec quelques techniques théâtrales, ils partagent leurs découvertes et coups de cœur.
Ils lisent (le roman, nouvelle littéraire, pièce de théâtre...) seul ou plusieurs la plupart du temps dans un délai bien déterminer, dans leur classe, école, atelier, bibliothèque, chambre, maison, dans la rue, ou au bureau. Pour faire grandir leur audience et rester proche de leur public cible, les MutuBukeurs ou MutuBukeuses doivent être multimédias, avec parfois un groupe de lecture associé mais surtout l’utilisation des réseaux sociaux comme Facebook, et autres pour le partage. Les organisations des ateliers ou les accès réguliers aux bibliothèques. Leur exposer doit être vivant avec une forte interaction au cœur de la communauté, avec un public très actif qui commente, questionne, partage leur propre expérience et en demande de contenu.
Objectif global : est d'organiser un atelier et concours pour les jeunes (élèves, écoliers, étudiants, ou amoureux de la lecture).
Nous voulons toucher assurément beaucoup plus les nouvelles générations qui caressent souvent leurs téléphones devant le poste téléviseur et ne passent plus leurs temps dans les bibliothèques ou ne liront pas les critiques des journaux papiers.

Accordion