Tools
Typography

Le Supérieur Général de la Société Missionnaire de Saint Paul, le Père Valdir José de Castro, est intervenu au Synode des Évêques - dont il est membre - le 16 octobre 2018, au cours de la 14e congrégation générale, sur le thème “Apprendre à habiter le monde numérique”. Voici sa contribution: 

«Saint Père, Frères et Sœurs, dans cette intervention, je me réfère en particulier au deuxième chapitre de la troisième partie de l'Instrumentum Laboris, intitulé "Immergé dans le tissu de la vie quotidienne", et plus précisément aux paragraphes 160 et 161, qui ont comme sous-titres: "Apprendre à vivre dans le monde numérique".

Je souligne en particulier l’affirmation de la nécessité pour l’Église d’approfondir sa compréhension de la technologie - et en particulier du monde de l’Internet - afin de discerner comment la vivre et la vivre comme un terrain fertile pour la nouvelle évangélisation. Dans le message de la Journée mondiale des communications sociales de 2014, le pape François avait déjà déclaré que "le réseau numérique peut être un lieu riche en humanité, pas un réseau de fils, mais de personnes humaines". Considérant que "les jeunes sont totalement immergés dans l'environnement numérique" et que l'une des premières étapes de l'évangélisation est de créer des relations humaines comme condition pour apporter la proclamation salvifique de Jésus-Christ, cela signifie qu'être présent, en particulier dans les réseaux numériques, signifie des chemins ouverts qui sont maintenant essentiels à cet horizon.

Bien qu'il y ait des aspects à surveiller avec prudence dans l'environnement numérique, il ne s'agit pas en soi d'une menace, mais d'une opportunité pour l'Église. C’est un excellent moyen d’approcher les jeunes, mais seulement si nous ne le voyons pas comme une réalité opposée au monde physique, mais plutôt comme un complément à celui-ci et, en tant que tel, également propice au témoignage chrétien. En effet, le pape Benoît XVI dans le Message de la Journée mondiale de la communication 2011 a affirmé qu'il existait également un style de présence chrétien dans le monde numérique. Et d'ajouter: "Communiquer l'Evangile à travers les nouveaux médias signifie non seulement placer explicitement un contenu religieux sur les plateformes de différents médias, mais aussi témoigner avec cohérence, dans son profil numérique et dans sa manière de communiquer, ses choix, ses préférences, ses jugements qui sont profondément compatibles avec l'Evangile, même s'on n'en parle pas explicitement".

Ça serait souhaitable peut-être, en tant qu'action spécifique de la pastorale des jeunes, aider les jeunes à être présents dans l'environnement numérique avec liberté, prudence et responsabilité! Peut-être pourrions-nous aussi les motiver à être eux-mêmes des protagonistes de l'évangélisation et pas seulement des destinataires de l'action de l'Église! Les jeunes sont ceux qui connaissent le mieux la langue et la "grammaire" des réseaux et des médias sociaux. Ils sont donc ceux qui peuvent inculturer le mieux l'évangile dans cet environnement particulier.

Si beaucoup de jeunes ne vont pas à l'église, alors c'est l'Église - à travers les technologies modernes - qui doit s'y rendre, comme l'avait déjà observé au début du XXe siècle, le bienheureux Jacques Alberione, fondateur de la Famille Paulinienne. Cette attitude peut non seulement être optionnelle, mais elle doit faire partie intégrante de la manière d'être Eglise "missionnaire", "en sortie", appelée aujourd'hui à témoigner de l'Evangile dans une culture qui ne peut être correctement et complètement comprise sans considérer sérieusement la réalité complexe de la communication. Merci.»

Accordion