A community in Congo
La Famille Paulinienne à Kinshasa
Kinshasha
City lights by night
Lubumbashi
Lubumbashi (formerly known as Élisabethville) located in the southeastern part of Democratic Republic of the Congo, is the second-largest city in the country.
Lire pour s'instruire
Médiaspaul RD Congo
Année vocationelle
2019-2020
Pacom - Centre d'étude
Festival du livre et de la Bible - Kinshasa
23-28 avril 2019
Kinshasa - Blvd 30 Juin

Tools
Typography

Comme la traduction le veut, à la fin de chaque synode, le souverain pontife est libre de s’adresser au peuple soit à travers le document final, soit à travers l’exhortation post-synodale. C’est dans ce cadre qu’en ce mercredi 12 février 2020, le Pape François a publié l’exhortation post-synodale qui s’intitule ‘’QUERIDA AMAZONIA’’ ; le titre qui est en espagnol se traduit en français par ‘’Chère Amazonie).

Dans ce document qui comporte 4 chapitres, développés en 111 numéros, le Saint Père expose ce qu’il qualifie des rêves qu’il souhaite pour une église plus écologique et une Amazonie qui doit servir pour les biens :

Le premier chapitre porte le nom d’‘’un rêve social’’ : dans ce chapitre le Saint Père tient à clarifier le rêve qu’elle attend de l’Amazonie ; une Amazonie qui lutte pour les droits des plus pauvres, des peuples autochtones, des derniers, où leur voix soit écoutée et leur dignité soit promue : « notre rêve est celui d’une Amazonie qui intègre et promeuve tous ses habitants pour qu’ils puissent renfoncer un ‘’bien-vivre’’. Mais un cri prophétique est nécessaire et une tâche exigeante est à accomplir en faveur des plus pauvres. Par ce que, si l’Amazonie se trouve devant un désastre écologique, il convient de souligner qu’ « une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement… »

Le deuxième chapitre s’intitule ‘’un rêve culturel’’ : il aborde à son tour le comportement que la personne devrait cultiver face au fléau de la crise écologique et le sens de la responsabilité vis-à-vis de l’environnement ; le rêve d’une Amazonie qui préserve cette richesse culturelle qui la distingue, où la beauté humaine brille de diverses manières : « la question est de promouvoir l’Amazonie. C’est pourquoi il ne s’agit pas de la coloniser culturellement, mais plutôt de faire en sorte qu’elle tire le meilleur d’elle-même. Voilà le sens de la meilleure œuvre éducative : cultiver sans déraciner, aider à croitre sans affaiblir l’identité, promouvoir sans envahir. De même qu’il y a des potentialités dans la nature qui peuvent se perdre pour toujours, la même chose peut arriver avec les cultures qui portent un message non encore écouté, cultures plus que jamais menacés aujourd’hui ».

Le troisième chapitre se nomme ‘’un rêve écologique’’ : à ce niveau de document, le souverain pontife met en exergue le bien-fondé d’une écologie saine et responsable ; le rêve d’une Amazonie qui préserve jalousement l’irrésistible beauté naturelle qui la décore, la vie débordante qui remplit ses fleuves et ses forêts : « la protection des personnes et celle des écosystèmes sont inséparables. Cela signifie en particulier que là où « la forêt n’est pas une ressource à exploiter, elle est un être, ou plusieurs êtres avec qui entrer en relation ».

Le quatrième chapitre s’intitule ‘’un rêve ecclésial’’ : le successeur de Pierre montre l’importance que l’Eglise peut avoir à côté de peuple d’Amazonie ; le rêve de communautés chrétiennes capables de se donner et de s’incarner en Amazonie, au point de donner à l’Eglise de nouveaux visages aux traits amazoniens : « l’Eglise est appelée à marcher avec les peuples d’Amazonie. Face à tant de besoins et d’angoisses qui crient du cœur de l’Amazonie, nous pouvons répondre par des organisations sociales, des ressources techniques, des espaces de discussion, des programmes politiques, et tout cela peut faire partie de la solution. Nous nous ne renonçons pas, en tant que chrétiens, à la proposition de la foi que nous recevons de l’Evangile ».

Le Pape François a fait une surprise, comme explique le Père Adelson Araujo Dos Santos, prêtre jésuite brésilien qui a pris part aux assises du synode : « au lieu de nous proposer des actions concrètes, le pape nous proposes des rêves ». Plusieurs personnes attendaient avec impatience ce document, pensant pouvoir voir le Pape François trancher sur la question des prêtres mariés ou encore le diaconat des femmes car ces furent parmi les questions abordées durant le synode et dont les participants ne se sont pas mis d’accord, laissant la responsabilité à la seule appréciation du Souverain Pontife ; après les polémiques suscités par le livre coédité par le Pape émérite Benoit XVI et le Cardinal Robert Sarah ‘’Des profondeurs de nos cœurs, ces personnes sont appelées à prendre en mal leur patience, et souhaitées voir une autre occasion pour enfin aborder ces questions jugées épineuses.

Comme l’a noté dans un twitt après la publication de l’exhortation, le pape dit : « Je rêve de communautés chrétiennes capables de se donner et de s’incarner en Amazonie, au point de donner à l’Église de nouveaux visages aux traits amazoniens ».

Accordion