A community in Congo
La Famille Paulinienne à Kinshasa
Kinshasha
City lights by night
Lubumbashi
Lubumbashi (formerly known as Élisabethville) located in the southeastern part of Democratic Republic of the Congo, is the second-largest city in the country.
Lire pour s'instruire
Médiaspaul RD Congo
Année vocationelle
2019-2020
Pacom - Centre d'étude
Festival du livre et de la Bible - Kinshasa
23-28 avril 2019
Kinshasa - Blvd 30 Juin
Année Biblique de la Famille Paulinienne

Tools
Typography

« Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui soutient que la Bienheureuse Vierge Marie a été, dès le premier instant de sa conception par une grâce et un privilège singulier du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée par Dieu et qu'ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ». C’est avec ces mots si éloquents que le pape Pie IX proclame le dogme de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie, le huitième jour du mois de décembre 1854, dans la Constitution Apostolique Ineffabilis Deus. Qu’entendons-nous par dogme ?

De par son étymologie, le mot « dogme » vient du grec dokein, renvoyant à ce que tous, ou mieux plusieurs, tenaient pour juste. Dans la perspective philosophique, le dogme peut être une opinion, une doctrine, un principe. (cf. Platon, la Republique 538c). Du point de vue juridique, le dogme désigne ce qu’une assemblée ou une autorité retient pour juste. Cela peut être une décision, un décret ou un édit. Ce qui nous conduit à l’usage biblique du terme. En effet, dans la bible le terme dogme se trouve employer surtout dans un sens juridique (Esther 3, 9 ; Luc 2, 1 ; Actes 17, 7 ; etc.). Ce concept a connu plusieurs métamorphoses au long des siècles. L’on ne saurait guère établir une liste exhaustive de son évolution.

Il sied toutefois de noter que, le dogme dans un sens proprement théologique « trouve son fondement dans le fait que Dieu, en Jésus-Christ, s'est révélé de manière historique, concrète-corporelle, eschatologique-définitive, et a ainsi définitivement caractérisé et rempli d'une manière qui dépasse toutes nos attentes » (encyclopédie Théologique, p. 220). Dans le même ordre d’idée, le Catéchisme de l’Eglise Catholique souligne le lien organique entre notre vie spirituelle et les dogmes : « Les dogmes sont des lumières sur le chemin de notre foi, ils l’éclairent et le rendent sûr » (n°89). Inversement, poursuit-il au même numéro, si notre vie est droite, notre intelligence et notre cœur seront ouverts pour accueillir la lumière des dogmes de la foi (cf. Jn 8, 31-32). Ainsi dit, le dogme est une doctrine dans laquelle l’Eglise propose de façon définitive une vérité révélée. Sa  promulgation revient au collège des Evêques assemblés en Concile Œcuménique et au pape jouissant de l’infaillibilité dans le magistère. (cf. Can. 749).

Dans le respect de ce canon, le pape Pie IX promulgue le dogme de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie, que nous célébrons solennellement aujourd’hui. Cette solennité nous rappelle que dès le moment où Marie a commencé à exister dans le sein de sa mère, elle était entièrement à Dieu, enveloppée de son amour sans que le péché ne puisse jamais la déflorer, ni à ce moment-là, ni plus tard. En ce sens, « Immaculée » renvoie à l’exemption de toute « tache » ou de toute souillure. Dès lors, en Marie, Sainte, Vierge et Immaculée, Dieu a réalisé à l’avance son plan de salut pour toute l’humanité.

En guise de conclusion, notre dissertation a porté sur la notion de dogme de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie. Nous l’avons développé, en ayant en esprit cette note importante de la Commission théologique internationale, l’interprétation des dogmes, 1989 : « Toute interprétation des dogmes doit servir cette seule fin : que, dans l’Église et en chacun des croyants, la lettre des dogmes devienne « esprit et vie ». Dans l’aujourd’hui toujours renouvelé, l’espérance doit germer de la mémoire de la Traditio de l’Église ; dans la diversité des situations humaines, culturelles, économiques et politiques, dans la pluralité des races, l’unité et la catholicité de la foi doivent être renforcées et promues comme signe et instrument de l’unité et de la paix dans le monde. L’enjeu en est que les hommes obtiennent la vie éternelle en connaissant l’unique vrai Dieu et son Fils Jésus-Christ ».

Accordion