Kinshasa, une ville mouvementée avec une population de plus 12.000.000 d'habitants. Une ville où la majorité de familles sont pauvres et une jeunesse qui n'a pas un grand accès à une bonne éducation malgré son intelligence, ses talents et son courage.
La Population kinoise est exposée à des phénomènes catastrophiques tels que : Le Kuluna, Les mariages forcés, Les violences sexuelles et psychologiques, Tapages nocturnes des églises et bars, La consommation en excès d'alcool et de la drogue, Vente d'eau et pétrole chez les mineurs, Les points sexuellement transmissible à l'Université, L'analphabétisme, vole à main armée...
Le mois de Décembre, le tout dernier mois conservé au bilan de l'année. Un mois où tout le monde prend part à la fête et tout semble bien marcher malgré qu'on loge le diable dans nos poches.
Tel est pour nous (Collectif Malafi'arts production) une bonne période de contribuer à l'éducation des jeunes kinois ( considérés comme la majorité de la population ) à travers les arts urbains, des découvertes des plusieurs artistes et de confirmer des talents à travers ce festival MWINDA NA MOLILI.

MWINDA NA MOLILI ou la lumière dans l'obscurité est un festival de trois jours autour d'une grande programmation littéraire et artistique qui sera organisé au mois de décembre de chaque année pour un changement radical de la ville de Kinshasa.
Trois catégories de musique (HIP-HOP, RHUMBA ET AUTRES MUSIQUE), une poignée d'artistes, une foire pour les enfants, un moment de formation pour les jeunes, un espace de lecture et un univers de talents à découvrir pour certains et à confirmer pour les autres.

Initiateur du projet : Jéhovahnissi-Lumière NIAMBA MALAFI Caillera.

M'A.Prod Collectif d'artistes pour le management et la production des événements culturels

La fête de « Tous les Saints » est célébrée le 1er novembre dans l’Eglise universelle. L’Eglise locale de la RDC présente une particularité sur ce ; car cette solennité est prévue le premier dimanche du même mois. Et c’est en cette date du 5 novembre 2017 que s’est tenue la première recollection des aspirants externes de la Société Saint Paul dans la salle Frère Pembele.

En effet, au sortir de la messe, à 9h30’ ces aspirants ont regagné ladite salle pour participer à leur première recollection mensuelle. Cette dernière a eu pour thème : « La Vocation » ; et pour modérateur le Frère Gillon MAKUNI, ssp. Celui-ci, lors de ses enseignements, n’a pas manqué de rappeler les quatre voies principales (qui sont le mariage, le célibat, le sacerdoce et la vie religieuse) pour vivre l’appel de Dieu. Et c’est en poursuivant qu’il est arrivé à inviter les aspirants à bien mûrir leur vocation et/ou leur appel à la vie religieuse étant donné que la consécration à cette vie requiert un certain nombre de sacrifices non moins faciles.

Le choix de ce thème leur permet d’avoir une vue panoramique de ce à quoi ils sont appelés en général, bien avant d’aborder les enseignements relatifs à la vocation paulienne, en particulier dans les prochains mois. Et c’est peu avant 12h que s’est terminé la recollection, tout en se prenant le prochain rendez-vous le premier dimanche du mois de décembre.

L’Iliade et l’Odyssée constituent les premières œuvres littéraires grecques. Elles sont de la plume du célèbre poète Grec Homère. Ce dernier a vécu à l’époque antique, au VIIIème siècle précisément. Ces œuvres peuvent se résumer en deux thèmes majeurs : « une guerre et un long voyage ». En effet, la première (Iliade) est un poème de seize mille vers. Il raconte la guerre des Grecs contre la ville de Trois (appelée aussi Ilion, d’où le nom Iliade). Dans la seconde (Odyssée), il s’agit du retour chez lui du héros Ulysse. Celui-ci, après la guerre de Troie dans laquelle il a joué un rôle important, met dix ans à revenir dans son ile d’Ithaque. Il revient pour retrouver sa famille qu’il délivre de prétendants. Ces œuvres sont considérées comme étant les plus grandes de la poésie antique et elles ne cessent de provoquer de l’admiration.

Dans le cadre de l’animation culturelle, la Société Missionnaire de Saint Paul / Lubumbashi a organisé un ciné forum en date du 18 juin 2017 au sein de sa communauté, où cette rencontre cinématographique s’est ouverte avec la prière dite par le frère Eric MUZELA, ssp. En effet, c’est vers 20h00’ que débuta la projection du film intitulé : « Les missionnaires ».

Dans ce film, il s’agit de deux frères : Mario et Patrick ; celui-ci était prêtre et celui-là un homme d’affaire. Pour un projet pécuniaire qu’ils avaient dans une affaire concernant les bijoux, l’un devrait jouer le rôle de l’autre en vue de la réussite de cette affaire. De ce fait, Monsieur Mario acceptera d’aller dans un village où il jouera le rôle du prêtre de façon illégale et frauduleuse dans une paroisse où devrait momentanément être le Père Patrick jusqu’à nouvel ordre. Et ce dernier userait de son statut sacerdotal pour prendre ces richesses de la plus facile et belle manière. Bien que le prétendant Père Mario ait gagné la confiance des chrétiens, il redeviendra homme d’affaire après la réalisation de leur projet, car il était un faux prêtre et l’Eglise en la personne de l’Evêque, l’ayant démasqué, ne pouvait lui laisser cette charge sacerdotale. C’est ainsi que Mario ira finalement se marier. Voilà en bref la quintessence de ce film.

En outre, signalons que tous les participants étaient émus par cet art du spectacle « cinéma ». Et ce sont les novices franciscains, les séminaristes opéraires ; pauliniens et les sœurs Bakhita, qui y ont pris part. Chacun a interprété le film d’après son appréhension tout en ressortissant une leçon morale ; et c’était le point culminant de ce rendez-vous culturel. Un repas fraternel était partagé à la fin de la projection de ce septième art (Cinéma). C’est aux environs de 22h45’ que s’est clôturé cet événement avec la prière dite par un séminariste théologien Opéraire.

La fraternité catholique: un groupe des jeunes qui a vu le jour sur le réseau social Facebook s'est depuis peu muté à un groupe réel. Ce, en gardant ses ramifications sur les réseaux sociaux Facebook et Whatsapp. La Fracat poursuit 3 objectifs: la remise à niveau de la formation spirituelle et doctrinale des jeunes ; l'initiation à l'évangélisation ainsi que la fraternité pour vaincre l'indifférence parmi les jeunes catholiques.
Le groupe dirigé par une aumônerie composée de l'abbé Michel Ruddy et du Père Valentin, organise chaque premier week-end du mois une conférence sur un thème de foi et de vie proposé aux membres. La fraternité catholique organise également des sessions, prières, pèlerinages et retraites.

 

Ici la page Facebook de la Fraternité 

Plus d'articles...