Tools
Typography

Hier jeudi 01 novembre 2018, pendant que l’Eglise Catholique Romaine célébrait la solennité de la Toussaint, le Pape François a officiellement accepté la renonciation du Cardinal Laurent MONSENGWO PASINYA à sa charge d’Archevêque de Kinshasa. À lui succède Mgr Fridolin AMBONGO BESUNGU, son Coadjuteur.

La Société Missionnaire de Saint Paul et ses œuvres apostoliques, connues sur le nom de Médiaspaul, remercient le Cardinal Monsengwo pour son dévouement du service rendu à l’Eglise-Famille de Dieu, et félicitent le nouvel Archevêque en lui souhaitant un bon et fructueux ministère.

L’Archidiocèse de Kinshasa exulte de joie. Il vient d’avoir, non seulement le tout premier Archevêque émérite, mais aussi un nouveau pasteur. En la solennité de la Toussaint célébrée hier jeudi 01 novembre 2018 – que l’Eglise locale du Congo commémorera de manière particulière le dimanche 04 novembre prochain – le Souverain Pontife a accepté officiellement la renonciation du Cardinal Laurent MONSENGWO PASINYA à la tête de l’Eglise de Kinshasa. Cette renonciation a été introduite par l’Archevêque sortant auprès du Saint-Siège depuis 2015.

Pas plus tard que quatre ans passés, la ‘‘figure emblématique’’ de l’Eglise de Kinshasa fêtait son 75e anniversaire de naissance, âge auquel les évêques présentent traditionnellement leur démission à Rome. C’est de cette manière que la nomination de Mgr Fridolin AMBONGO BESUNGU, en qualité d’Archevêque Coadjuteur de Kinshasa, avait pour but, en vertu du Canon 403 du Code de droit canonique qui régit la nomination des évêques coadjuteurs, d’assister son prédécesseur avec le droit de succession immédiate après démission ou décès de ce dernier. En présence de Mgr Ettore BALESTRERO, chef de mission à la Nonciature Apostolique en République Démocratique du Congo, la passation de pouvoir, mieux, de service s’est déroulée hier à Kinshasa, en la curie épiscopale du Centre Pastoral Lindonge : le Cardinal MONSENGWO a passé le flambeau à son successeur… En fin de compte, qui est Mgr Fridolin AMBONGO BESUNGU ?

Né le 24 janvier 1960 à Boto, dans le diocèse de Molegbe (province du Nord-Ubangi/République Démocratique du Congo), Mgr Fridolin AMBONGO BESUNGU est religieux de l’Ordre des Frères Mineurs Capucins (OFM Cap). Il marqua ses premiers pas dans cette famille religieuse de saint François d’Assise par l’entremise de ses premiers vœux prononcés en 1981. Quant à la profession perpétuelle, elle interviendra six ans plus tard. Il occupera divers postes aussi bien chez les Frères Mineurs Capucins, qu’au sein de l’Assemblée des Supérieurs Majeurs en République Démocratique du Congo (ASUMA). Il sera Supérieur Majeur des Frères Mineurs Capucins de la RDC, Président de la Circonscription des Frères Mineurs Capucins en Afrique (CONCAU), Président de l’ASUMA, etc. Etudes philosophiques au grand séminaire de Bwamanda, et celles théologiques à l’Institut Saint Eugène de Mazenod à Kinshasa.

Prêtre depuis le 14 août 1988, le nouvel Archevêque de Kinshasa est détenteur d’un diplôme en Théologie Morale de l’Académie Alphonsienne de Rome. Au pays, il a assuré le cours de Théologie Morale à l’Université Catholique du Congo (UCC) et au Grand Séminaire Saints Pierre et Paul de Lisala. Sacré évêque à Bokungu, le 06 mars 2005, il choisit comme devise : « Esto lumen mundi », ce qui se traduit en français par « Sois la lumière du monde ». À lui seront vite confiés le troupeau du diocèse de Bokungu-Ikela, la présidence de la commission « Justice et Paix » de la Conférence Episcopale Nationale de la République Démocratique du Congo (CENCO), et, plus tard, l’administration apostolique (du 30 octobre 2008 au 6 mai 2015) du diocèse de Kole. Le 12 novembre 2016, il sera par ailleurs nommé Archevêque de Mbandaka-Bikoro, archidiocèse dont il a été administrateur apostolique au bout de huit mois, soit du 05 mars 2016 au 12 novembre de la même année. Il est Vice-Président de la CENCO depuis juin 2016.

Le 06 février 2018, Mgr Fridolin AMBONGO BESUNGU reçoit une nouvelle nomination et sera transféré du siège de Mbandaka-Bikoro à celui de Kinshasa, où il exercera sa fonction d’Archevêque Coadjuteur. Au cours de la messe de sa présentation officielle du 11 mars 2018 devant les fidèles de Kinshasa, en la cathédrale Notre-Dame du Congo, il définissait le sens de sa nouvelle pastorale lorsqu’il affirmait : « Ma mission est d’être lumière ». L’on se souviendra de ses prises de positions politiques, souvent contre le pouvoir en place. En qualité de Vice-Président de la CENCO, en effet, il a participé au dialogue politique organisé au centre interdiocésain, lequel dialogue avait abouti au fameux ‘‘Accord de la Saint Sylvestre’’. Les clauses de cet accord du 31 décembre 2016 étaient celles de prolonger le mandat du président en place, dans l’espoir d’organiser, au plus tard en décembre 2017, des élections transparentes, libres et apaisées.

À l’approche des échéances électorales (élections présidentielles et législatives) prévues pour le 23 décembre 2018 sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, le passage de flambeau allant de l’Archevêque émérite à l’Archevêque entrant, illustre un bel exemple à toute la classe politique congolaise…

L’on retiendra aussi la participation active de Mgr Fridolin AMBONGO BESUNGU au récent Synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, surtout lorsqu’il estimait que la question de survie résume la spécificité des problèmes des jeunes africains, notamment les défis liés à la pauvreté, à l’analphabétisme, au chômage, à des crispations politiques, à la traite, à la drogue, etc.

En attendant la cérémonie de prise de possession canonique du nouvel Archevêque, prévue pour le dimanche 25 novembre 2018 en la solennité du Christ Roi de l’Univers, en la cathédrale Notre-Dame du Congo, nous souhaitons la bienvenue à Mgr AMBONGO et lui promettons de l’assurer de nos ferventes prières tout au long de son ministère pastoral à Kinshasa. Quant au Cardinal MONSENGWO, admis en retraite par le Saint-Siège à l’âge de 79 ans, nous le remercions de bons offices rendus à l’Eglise du Congo, en général, et à celle de Kinshasa, en particulier.

Accordion