A community in Congo
La Famille Paulinienne à Kinshasa
Kinshasha
City lights by night
Lubumbashi
Lubumbashi (formerly known as Élisabethville) located in the southeastern part of Democratic Republic of the Congo, is the second-largest city in the country.
Lire pour s'instruire
Médiaspaul RD Congo
Année vocationelle
2019-2020
Pacom - Centre d'étude
Festival du livre et de la Bible - Kinshasa
23-28 avril 2019
Kinshasa - Blvd 30 Juin

Tools
Typography

Le temps de carême est un moment propice que l’église offre aux chrétiens pour se préparer à la grande fête de la mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus Christ ; s’il faut dire en peu de mots la Pâques Chrétienne. Pendant ce temps, le chrétien est invité à PRIER avec intensité, observer la PÉNITENCE pour réparer le mal commis, et PARTAGER avec ceux qui manquent.

Cette pratique tire son origine dans la vie même de Jésus Christ qui se retira dans le désert pendant 40 jours en priant et jeûnant avant de commencer son ministère de l’annonce de la bonne nouvelle (Matthieu 4, 1-2).

Si le temps du carême ne correspond à aucune écriture de l’Ancien Testament, du moins le 40 ans passés par les israélites au désert représentait bien ces 40 jours du voisinage avec Dieu, tandis que l’appel de Moïse aux israélites de manger les herbes amères (exode 12, 8) et les pains sans levain (Deutéronome 16, 3) pour fêter la pâque pour se souvenir de la libération aux mains de Pharaon serait bien l’attitude qui accompagne le temps de carême, qui commence par l’imposition des cendres.

Dans ce sens, ce moment favorable est celui de vivre en intime collaboration avec Dieu, en renonçant à "ses péchés chéries", en adoptant un comportement de générosité, en mettant en pratique les paroles des Béatitudes telles que voulu par notre Seigneur, l’Epoux de l’église (Matthieu 5, 2-12).

Comment Prier

La vie chrétienne est une quête perpétuelle envie d’attendre la perfection qui est la communion avec le Christ notre Libérateur ; ce chemin de la perfection sollicite l’accompagnement de l’Esprit Saint comme nous enseigne Saint Paul : « car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes » (Ephésiens 6, 11-19).

Etant donné que les efforts que nous sommes appelés à fournir ne demande pas l’observance d’une loi physique ou un effort personnel, mais plutôt l’assistance de l’Esprit de Dieu pour arriver jusqu’au bout de notre carême, il apparait opportun d’avoir un programme de prière quotidienne ou participer avec un groupe de prière pour renforcer les liens avec le Saint Esprit de Dieu qui nous inspire et nous conduira selon la volonté de notre Seigneur.

Quant à la modalité de la prière, le Christ nous enseigne : « lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes… mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra (Matthieu 6, 5-6).

Il est nécessaire de nous accorder avec notre horaire quotidien pour avoir un moment de la prière et d’assister à la messe dans sa paroisse, si l’occasion se présente, enfin de « nous fortifier dans le Seigneur, et par sa force toute puissante » (Ephésiens 6, 10).

Vivre la Pénitence

La pénitence est le moment qu’une personne se propose pour se réconcilier avec Dieu et avec soi-même, après avoir mené un examen de conscience et avoir reconnu être coupable ; et se décide donc à retourner vers son Père, comme ce fut le cas de l’enfant prodige qui avait réclamé sa richesse à son père (Luc 15, 11-25).

Dans le message de carême de cette année, le Pape François nous fait savoir combien le péché nous sépare de Dieu en ces mots : « La cause de tous les maux, nous le savons, est le péché qui, depuis son apparition au milieu des hommes, a brisé la communion avec Dieu, avec les autres et avec la création à laquelle nous sommes liés avant tout à travers notre corps. La rupture de cette communion avec Dieu a également détérioré les rapports harmonieux entre les êtres humains et l’environnement où ils sont appelés à vivre, de sorte que le jardin s’est transformé en un désert (Genèse 3,17-18). Il s’agit là du péché qui pousse l’homme à se tenir pour le dieu de la création, à s’en considérer le chef absolu et à en user non pas pour la finalité voulue par le Créateur mais pour son propre intérêt, au détriment des créatures et des autres ».

Il est donc utile de s’examiner, faire une introspection enfin de prendre les mesures nécessaires qui pourraient nous aider à passer un bon temps de carême en identifiant "chacun de nos maux par son nom propre’’ envie de prendre des résolutions pour s’en séparer et s’approcher à Dieu.

Quoi Partager

La crise que connait notre monde aujourd’hui est dû par le fait que l’homme, voulant se préoccuper de son futur et se préparer un avenir meilleur sans inquiétude, ignore son prochain qui souffre, souhaite augmenter ses revenus jour après jour sans penser à ceux qui manquent.

Saint Jean-Paul II, alors Pape en ce temps-là, lors de son message de carême de 1996, déjà 24 ans passés mais qui garde encore tout son sens, affirmait : « La terre est pourvue des ressources nécessaires pour alimenter l'humanité entière. Il faut savoir les utiliser avec intelligence, en respectant l'environnement et les rythmes de la nature, en assurant l'équité et la justice dans les échanges commerciaux et une distribution des richesses qui tienne compte du devoir de la solidarité. Certains pourraient objecter que c'est là une grande et irréalisable utopie. L'enseignement social et l'action de l'Église montrent cependant le contraire : quand les hommes se convertissent à l'Évangile, ce projet de partage et de solidarité se réalise d'une manière extraordinaire ». Nous devons nous occuper de notre demain, mais pas nous préoccuper pour celui-ci car, « le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine » (Matthieu 6, 34).

Nous n’avons pas le pouvoir d’accomplir les grandes choses dans cette terre, mais si nous nous mettons à la place de chaque personne qui souffre, qui manque à manger, qui ne peut pas venir à l’église parce qu’il n’a pas d’habits, nous pouvons accomplir des petites choses avec grand amour. Penser à donner le sourire à une personne au moins une fois par jour durant notre carême, serait le sens du partage qui plairait de plus à notre Dieu.

Qu’est-ce que nous pouvons dire alors ? Est-ce que le temps de carême est un moment de pause de nos "péchés chéries" ? Un moment où on voit quelqu’un qui arrête de fumer, l’autre cesse de s’en souiller ou une autre encore se met à accomplir des œuvres caritatives ; et au finish, le temps de carême passé, on se dit de reprendre ses activités habituelles ; est-ce que cela consiste le temps de carême ?

Saint Paul nous demande « Avez-vous tant souffert en vain ? » (Galates 3, 3-5) ; Comment pouvons-nous à nouveau reprendre « la nourriture que nous avons vomis ? » (Proverbe 26, 11/ II Pierre 2, 22) ; car cela risque d’entraver notre foi et notre espérance selon ce que dit le Seigneur Jésus Christ : « lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point… Il s’en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première » (Matthieu 12, 43-45).

Le temps de carême doit nous aider à équilibrer notre vie chrétienne en ayant dans la tête l’idée de la perfection qui sera visiblement célébrée le jour de la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ, la Pâques.

Enfin de profiter des résolutions prises lors du temps de carême et en user au-delàs de carême (notre vie chrétienne de chaque jour), nous pouvons nous proposer d’avoir un cahier intitulé ’’Cahier de Carême’’ où nous allons mentionner les efforts à faire qui nous permettra à faire un bilan à la fin de carême pour savoir ’’les efforts accomplis’’ et ’’non-accomplis’’ ; ’’les efforts accomplis’’ peuvent nous servir des modèles de notre vie ; ceux ’’non-accomplis’’, nous les gardons pour l’année prochaine.

 Bon temps de Carême à tous !

Accordion