Tools
Typography

En marge au lancement de la deuxième édition du Prix Littéraire Zamenga, le 30 mars 2018 a eu lieu dans la Salle du Centre Wallonie-Brussels de Kinshasa/Gombe, la présentation de l'Anthologie qui contient les huit nouvelles (et la gagnante) de la première édition 2017-2018. Du titre de la première nouvelle l'anthologie retient le nom: "L'os d l'albinos et autres nouvelles". 

Nous reprenons ici la contribution de l'éditeur qui est reportée dans le volume comme "note", à la page 149.

"Le parcours effectué par Zamenga est une inspiration pour tout homme qui écrit, et mieux ici l’homme congolais. Cet homme qui est en quête de parler au monde par ses écrits, qui veut exprimer ses ressentiments et son état d’âme, qui se cherche et se recherche jusqu’à s’autoéditer parce que son premier manuscrit présenté à l’éditeur n’a pas été retenu pour le tirage. Non pas du tout parce que le texte a été mal écrit. Loin de là ! Seulement parce que le chemin vers l’édition du livre est un permanent parcours entre l’auteur et l’éditeur. Ledit chemin vise pourtant à rendre l’œuvre intéressante et agréable au lectorat, jamais avec l’idée de ‘’refuser’’ le manuscrit. Et le retour d’un tel auteur vers l’éditeur n’est pas toujours vain, car son écrit aura mûri et l’éditeur qui investit d’énormes moyens pour édition peut s’engager. Voilà un effort de l’éditeur qui cherche à bien poursuivre son travail et un travail de la part de l’auteur conscient de s’améliorer. Un tel type de rapport est celui de Médiaspaul avec Zamenga.

Alors qu’il venait seulement de présenter aux Editions Médiaspaul, alors Editions Saint Paul Afrique, son tout premier manuscrit, Zamenga n’a pas vu son manuscrit retenu pour le tirage. Après l’avoir publié en autoédition ZABAT (Edition ZAMENGA BATUKEZANGA), il revient en 1971 avec le même manuscrit amélioré que Médiaspaul cette fois-ci retient et édite. C’est de cette façon décisive que, avec pour le premier titre Les Hauts et les Bas que Zamenga a fait son entrée sur la scène littéraire et vite, son nom le précédait sur le territoire national. L’écrivain n’a cessé dès lors à écrire qu’il il a embrassé tous les genres littéraires. Il écrit des romans, des essais, des récits de réflexion, des nouvelles, des contes, de la poésie, du théâtre. Il réalise même des bandes dessinées, des récits et contes inspirés du terroir, traditionnel et moderne que Médiaspaul a publiés. Zamenga Batukezanga, c’était lui au Zaïre, l’écrivain le plus connu, le plus lu, et sans doute le plus accrochant ou, en tout cas, le plus étonnant, et c’est encore lui aujourd’hui dont tout élève congolais rencontré dans la rue ou à l’école peut citer le nom sans hésiter un seul instant.

Avec son type d’écriture, Zamenga a su rencontrer l’homme dans sa quotidienneté. Par ses écrits dans un langage simple accessible à tout le monde, quel que soit par ailleurs le niveau de culture dont on se réclame, les romans de Zamenga se lisent facilement. Il a su toucher le vécu de ses contemporains en brossant dans des dialogues et images pris sur le vécu de l’intérieur comme de l’extérieur du pays les divers problèmes de son temps. Voilà un type de ‘’littérature de témoignage’’, dans laquelle Zamenga a écrit sans dire, a décrit des réalités pour conter et raconter afin de divertir. Une littérature comparable à la photographie, en ce sens qu’elle semble se contenter de photographier des scènes de la vie des personnages sans jamais les transformer. Quand bien même vivant dans un contexte politique de plus en plus étouffant, Batukezanga n’a pas tardé de s’emparer d’écriture pour crier fort. Parce qu’il avait compris que comme écrivain, la prise de conscience ne pouvait s’exprimer dans sa société par d’autres voies directes que la récupération des slogans parfois officiels devenant un mode de résistance populaire dont l’écriture littéraire peut se saisir. Et c’est ainsi que la littérature permet entre autres de dire autrement ce que l’on vit dans un pays. La lecture du roman devient alors une possibilité de saisir les enjeux sociaux d’un pays, et son écriture offre beaucoup de possibilité à l’écrivain de plaider pour une société juste, où le respect à la vie de l’homme est de mise. Un tel zèle d’écrivain est perceptible dans les écrits de l’écrivain Zamenga qui écrit surtout sous certains activistes de la révolution du parti politique fondé par Mobutu. L’écrivain congolais actuel n’a qu’à regarder la société présente dans laquelle il vit pour jauger la pertinence de son œuvre. N’est-ce pas que la littérature permet parfois de mettre en formule l’indicible ! Aussi comme art, n’a-t-on pas vu ici ou là-bas comment elle est parvenue à secouer des régimes oppressant sans un seul coup de feu ? Aujourd’hui, Zamenga est unanimement reconnu l’écrivain le plus prolixe en R. D. Congo, et l’auteur qui a rencontré l’homme dans son expérience quotidienne.

Médiaspaul se félicite d’avoir cheminé avec l’écrivain Zamenga Batukezanga dont certaines œuvres ont résisté au temps et ont enjambé les criterium académiques et littéraires pour obtenir l’approbation du lectorat et de la société. Cela prouve à suffisance que le fil rouge qui traverse ses œuvres ne consiste pas en des mots dérisoires, car après tout, il demeure encore l’écrivain congolais le plus lu et le plus connu en République Démocratique du Congo. Cependant, étonnant que cela paraisse, il est méconnu parmi les grands écrivains du pays. C’est ainsi que le nom ‘’Zamenga’’ n’a pas été conféré par hasard à ce Prix littéraire. Le Prix littéraire ‘’Zamenga’’ est venu ainsi à point nommé pour réparer l’injustice commise à son endroit depuis des années.

La participation massive et compétente à ce Prix littéraire, dont les pages qui suivent montrent la richesse de la vie littéraire congolaise, nous engage davantage dans notre rôle d’éditeur au service de la culture et de l’évangile dans le monde de la communication d’aujourd’hui."

   

 

Accordion